Organiser ses projets pour réussir

Organiser ses projets pour réussir

Entre immobilisme et fuite en avant

Tout le monde ne sera pas d’accord avec ma définition de la réussite. Mais il y a pour moi une dimension sociale à la réussite qui implique l’argent ou la visibilité ou mieux encore, l’impact.
Bien sûr que l’on peut « réussir sa vie » sans argent, sans pouvoir et sans visibilité. Ou s’épanouir en tant que femme (homme), mère (père), etc.

Mais si on n’y rajoute rien, réussir implique la société qui voit, qui juge et qui jauge.

L’immobilisme, voie sans issue de la réussite

A l’aune de cette définition, il est difficile d’imaginer quelqu’un qui réussisse sans agir.
Et quelqu’un qui agisse sans avoir de projets.

L’absence de projets, qui induit l’immobilisme, est une voie sans issue quand il s’agit de réussir.

Nous admirons tel acteur parce qu’il joue dans plusieurs films ; tel entrepreneur parce qu’il investit dans un ou plusieurs projets d’entreprise ; tel directeur d’association parce qu’il a une vision de ce qu’il veut pour le monde.

Un projet, c’est une vision que l’on met en action

La fuite en avant

Mais il est simple de tomber dans l’excès inverse.
De partir dans une fuite en avant de projets qui n’ont de fonction que de nous maintenir occupés (l’humain, comme la nature, supporte difficilement le vide).

C’est là où notre vision – ou notre mission – révèle tout son pouvoir:
Celui de donner du sens à nos projets, de nous aider à faire le tri entre ceux qui soutiennent notre vision ou notre mission – et ceux qui nourrissent notre égo ou notre besoin de remplir le vide.

Un tamis pour nos projets, pour éviter la fuite en avant

Bien gérer ses projets : Comment faire ?

Il est donc indispensable pour ceux et celles qui aspirent à une vie épanouissante et réussie, d’avoir des projets.

Plus inspirants et plus fondamentaux que le choix de la prochaine destination de vacances ou de l’achat de la prochaine voiture (même si, en étant électrique, elle s’insère sûrement dans une ambition plus large de contribuer au bien-être de la planète !).

Si vous êtes de ceux-là, je vous propose de prendre une feuille de papier, un stylo et une heure de temps.
Et de lister l’ensemble de vos projets dans l’une des catégories suivantes :

  • Les projets en gestion (ceux du printemps !) :
    De vagues idées, des rêves, de vagues envies pas encore définies dans leur forme.
    Un jour peut être … vous partirez faire un tour du monde… vous déménagerez en Argentine… vous élèverez des
    chèvres.
    Ce sont des graines en gestation que nous avons tendance à oublier en chemin.
    Et qui se résument à abandonner ses rêves.
  • Les projets à venir (ceux de l’été).
    Pas encore commencés (ou tout juste lancés) mais dont la forme est claire. On va le faire… c’est maintenant.
    Changer de boulot (les CV ont été envoyés) ; partir en voyage (billets d’avion réservés) ; investir (l’appartement est
    trouvé, le dossier bancaire déposé).
    Ces projets vont vous occuper pendant ces prochains mois ou ces prochaines années.
  • Les projets qui n’en sont plus parce qu’ils sont depuis quelques semaines (ou mois) déjà des réalités :
    ce sont ceux de l’automne.
    Vous êtes prêts à en récolter les fruits :
    Votre emménagement dans votre nouvelle maison est pour demain ; vous avez mis vos annonces pour louer
    votre appartement en LCD ; votre nouvel enfant est bientôt là et avec lui s’ouvre un nouveau projet, celui de son
    éducation.. pendant quelques années !
  • C’est d’ailleurs la difficulté de la parentalité : les projets s’enchaînent par nécessité. Maternité >> Parentalité.
    Pas le temps de se poser et de faire de la place au « vide fertile », période nécessaire entre deux projets.
    L’hiver, pas toujours agréable à vivre mais oh combien nécessaire pour retrouver l’élan qui nous incitera à piocher
    dans notre liste de printemps.

Petit travail à faire et refaire… minimum tous les 6 mois. Mais pourquoi pas une fois par trimestre, à chaque changement de saison.
C’est aussi ça respecter la nature : comprendre ses rythmes et s’en inspirer.

Dites moi dans les commentaires ci-dessous à quand remonte la dernière fois que vous avez listé vos projets… et avec quelle fréquence vous y pensez.

close

​Inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement


"Les 7 clefs de votre indépendance financière"​