Comment le CDI crée le chômage de masse
Accueil / Liberté d'expression / Comment le CDI crée le chômage de masse

Comment le CDI crée le chômage de masse

Que signifie CDI à votre avis ?

  • Contrat à durée indéterminée

  • Contrat à durée illimitée

  • ou Chômage à durée indéterminée

Je vais vous montre comment le sacro-saint CDI, réclamé à grands cris par les manifestants dans les rues de Paris et d’ailleurs ces derniers jours, est une vraie garantie de chômage à durée indéterminée.

Tout l’inverse de l’effet recherché !

Regardons comment le CDI crée le chômage

Un contrat anti-créativité

Rechercher un CDI, c’est rechercher la sécurité (de l’emploi) avant tout.
Donc faire passer la sécurité avant tout autre des besoins de l’être humain : l’envie de nouveautés, le besoin d’apprendre, le besoin d’être utile, l’envie de mettre du sens dans sa vie ou même le besoin d’aimer et d’être aimé.

Non, tout ce qui compte, c’est d’être « à l’abri » par un contrat dont on interprète qu’il sera d’une durée illimitée – alors qu’il est juste d’une durée indéterminée. Nuance !

Trouver un CDI devient préférable dans l’esprit de ceux qui le recherchent à exercer une activité épanouissante, apprendre de nouvelles choses, libérer sa créativité et créer son entreprise.

C’est donc la certitude d’avoir des salariés frustrés dans leurs aspirations profondes (qui se réveilleront à la quarantaine particulièrement mal dans leur peau) et plus de chômeurs que d’entrepreneurs.

Moins d’entrepreneurs, moins d’entreprises, moins d’emplois salariés … voici comment le CDI crée le chômage !

Avoir un CDI pour toucher le chômage à la sortie

 

Le statut de salarié donne droit, en cas de rupture du contrat de travail, à des indemnités chômage.
Un peu moins quand on est en CDD ; un peu plus quand on est en CDI.

Pour faire court, la meilleure manière de profiter d’une période de chômage rémunéré, c’est encore de trouver un CDI.
Cela ne concerne certes pas tout le monde mais des chefs d’entreprises sont confrontés tous les jours à des salariés qui préfèreraient le chômage à un arrêt maladie ou à un congé maternité.

Les congés maladie et les congés maternité sont là pour ça. Mais la durée en est de facto plus limités que le chômage !

Une autre manière pour que le CDI crée le chômage.

 

Le CDI : une espèce en voie de disparition

Le contrat à durée indéterminée tel qu’il existe aujourd’hui en France représente pour moi une forme d’emplois directement issu du XIXème et du XXème siècle, dont le nombre diminue chaque jour.
Parce que nous avons quitté la société industrielle, le CDI n’a plus de sens pour la majorité des entreprises.

Le monde bouge trop vite.
Comment embaucher une personne pour une durée indéterminée, quand on sait que dans quelques années à peine, son poste aura disparu ? Compétition ou robotisation obligent !

Si le CDI était une espèce animale, il serait devant une alternative élémentaire : s’adapter (on pourrait dire se réformer) ou disparaître. L’intelligence de la nature aidant, il y aurait donc de fortes chances qu’il se soit déjà modifié pour mieux répondre aux contraintes de son environnement.

Mais comme le CDI est un pur produit issu de « l’intelligence » humaine, il y a matière ici à contrarier les règles élémentaires de la nature et à manifester avec force banderoles pour qu’un modèle inadapté à son environnement perdure quelque temps encore.

Avec quels espoirs de succès ? Assez peu selon moi.

Comment peut-on imaginer qu’une loi (votée ou empêchée) peut venir forcer la main d’un environnement aussi instinctif que l’économie ?

Les entreprises s’adapteront toujours en priorité à leur environnement économique : il en va de leur propre survie.
Elles continueront donc à embaucher en CDD plutôt qu’en CDI.
Ou se tourneront vers des structures indépendantes avec lesquelles elles signeront des contrats de partenariats plutôt que des contrats de subordination.

Et la recherche des CDI en voie de disparition créera là encore le chômage.

 

La solution de l’indépendance

Le CDI n’étant pas une solution, je vous propose de réfléchir à une autre option, pour moi bien plus porteuse de débouchés et de sens : celle de l’indépendance.

Qu’est-ce que l’indépendance ?

Avant toute chose, considérons l’indépendance comme l’inverse du lien de subordination (c’est quoi le pire : le lien ?
ou la subordination ?)
Pas de contrat de travail mais éventuellement un contrat de prestataire de service. Ou dans certains cas, pas de contrat du tout.

Mais des clients, les fournisseurs, de l’activité, des partenaires, des interactions, pour ne pas dire des inter-relations !
Pas de chômage (la contrepartie du fameux lien mentionné plus haut !) mais de multiples sources de revenus.

L’indépendance, c’est aussi un mode de penser et un mode de vie.
Où chacun trouve sa place. Où chacun est responsable de son activité propre – et de son « gagne pain ».

Où les uns et les autres s’entraîdent et collaborent, non pas par obligation (« c’est ça ou la porte ! ») mais parce que ce sont les conditions d’un business réussissant.

Etre indépendant, c’est donc être responsable de son activité professionnelle et de ses sources de revenus.
Cela mène tout droit à ce que l’on appelle l’indépendance financière.

Lorsqu’on ne travaille plus pour l’argent (ce que font tous les salariés du monde, ne vous en déplaise !)
mais que l’on travaille pour transmettre, donner, apporter, s’amuser.
Et pour gagner de l’argent que l’on met au travail rapidement et efficacement pour qu’il travaille à notre place.

Les 10 et 11 juin prochains, je vous propose de nous retrouver à Paris pour créer notre propre CDI :
Je vous donnerai en effet Les Clés de la L’indépendance (CDI) professionnelle et financière.

Offrez-vous un CDI intelligent !

Pendant ces deux jours, vous découvrirez :

  • Que l’argent est une énergie et comment l’apprivoiser
  • Comment démarrer sur la voie de l’indépendance financière
  • Comment créer vos premiers revenus automatiques
  • Les 4 étapes pour devenir millionnaire, si c’est là votre objectif
  • Pourquoi vous pourriez ne pas y arriver, malgré toute votre bonne volonté
  • Et les principales manières pour y arriver

Mais aussi :

  • Ce qui vous anime vraiment et l’activité pour laquelle vous êtes fait (e)
  • Les 4 premières étapes pour démarrer à votre compte
  • Les 5 clés pour développer facilement votre entreprise
  • Le secret des entrepreneurs qui réussissent
  • Comment faire le meilleur usage de votre temps – en tant qu’entrepreneur ou en tant qu’aspirant à l’indépendance financière.

Ce sont deux jours exceptionnels, qui n’ont lieu qu’une fois dans l’année.
Indispensables si :

  • votre travail vous épuise ;
  • vous voulez vous lancer à votre compte ;
  • vous ne savez pas comment vous en sortir financièrement
  • vous ne savez rien de l’argent et vous êtes convaincu (e) que l’argent est inintéressant, rébarbatif, démoniaque, emprisonnant.

S’il était temps de vivre ? Librement, authentiquement, pleinement ?

Je vous attends les 10 et 11 juin à Paris

Nathalie

5 Commentaires

  1. Sylvie Duhazé

    Bonjour Nathalie,

    Je suis à 100% d’accord avec vous, moi qui ai quitté un CDI fin 2015, pour retrouver ma liberté de travailler, de créer, de vivre à mon rythme ! Même si pour l’instant, je ne dégage pas de ressources avec mon activité indépendante, je m’accroche parce que je suis persuadée que c’est le bon chemin vers la réussite et surtout l’épanouissement professionnel !

  2. Merci infiniment Nathalie pour cet article intelligent, courageux et profond. J’étais Place de la Nation hier, puisque j’y habite, et je me suis sentie si différente des jeunes manifestants moi qui a leur âge défilais dans les rues contre la guerre d’Algérie. Nous y allions à visage découvert et à mains nues. J’ai essayé de dialoguer avec quelques jeunes, je n’ai pas su. Ils étaient contre, n’avaient pas de solution que d’être contre. Un Africain dans la quarantaine m’a dit « Ce sont des enfants ». Il avait l’air d’avoir vécu bien autre chose. J’ai bavardé avec une jeune mère, elle avait voté Hollande, avait honte. Moi aussi je suis ce qu’on dirait de gauche. Elle se plaignait de ses patrons qui s’enrichissaient, elle travaillait dans un organisme financier. Je lui ai dit ce que je faisais lui proposant de fonder sa propre entreprise de conseil financier, pourquoi pas. Moi je ne fais pas de conseil financier vraiment mais j’aide les gens à créer leur structure indépendante. La retraite venue, j’ai en effet décidé de signer un partenariat avec un laboratoire de création et de distribution de produits anti-âge et je me sens bien dans l’air du temps en utilisant les expressions que je viens de lire dans ton article. J’ai bien aimé que tu mentionnes « le besoin d’aimer et d’être aimé » comme l’un des besoins fondamentaux de l’être humain. J’ai bien aimé la comparaison entre la survie d’une espèce et la survie d’une économie qui ne se feront que par l’adaptation. Je me souviendrai de cette phrase : « un environnement aussi instinctif que l’économie. « .
    Merci de me déniaiser une fois de plus, Nathalie, et de me réconforter dans ce choix d’entreprise que j’ai fait sur le tard de ma vie et qu’on appelle le marketing de réseau, une économie largement ignorée encore en France.
    Je me réjouis de proposer à mon réseau tes journées de Clés de l’indépendance.
    Merci.

  3. Bonjour Nathalie, bel article que je partage et qui m’inspire ces petits dictons :

    « La croyance absurde dans l’autorité est le pire ennemi de la vérité »
    Albert EINSTEIN
    « Choisissez un travail que vous aimez, et vous n’aurez pas à travailler de votre vie… » Confucius

    MERCI

  4. Nathalie,
    merci pour ton appui , je suis tres interessé mais je n´ai pas de sous pour commencer .
    Je suis au chõmage depuis trois ans . Aides moi au moins avec des conseils et des
    videos .
    Merci .

  5. Bonjour Nathalie,
    Le CDI, d’un point de vue budgétaire, est aussi le Comble De l’Insécurité.
    Bien caché derrière ce sacro-saint contrat, nos concitoyens se sentent parfois trop protégé et en oubli de gérer leur argent. Pas d’épargne de précaution, vie au dessus de leurs moyens, endettement au-delà du raisonnable… C’est une bombe à retardement qui ne demande qu’à exploser quand survient l’aléa de la perte d’emploi.
    Heureusement, nous oeuvrons pour développer la culture financière en France !
    Au passage, félicitations pour l’Ecole Des Coachs Financiers !
    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi :

tabou de l'argent

Le tabou de l’argent

L’argent en France est tabou. C’est en tout cas ce que l’on veut nous faire ...