La puissance du don pour contrer la sensation de manque

sensation-de-manque

La puissance du don pour contrer la sensation de manque

Pour atteindre la liberté financière, vous allez devoir travailler sur votre conscience de manque.

Pas de liberté, financière ou autre, pour qui s’inscrit dans la « course au fric ».
Et rien n’est plus facile que de s’engouffrer dans cette course sans fin si vous succombez à votre avidité naturelle.

Nous sommes tous naturellement « avides »… de luxe, de nouveauté, d’aventures, de réussite.
C’est aussi ce qui nous tient en vie et nous fait avancer.

Mais cette avidité, associée à la peur de manquer que nous portons tous et toutes plus ou moins en nous, cela donne des comportements pas toujours très recommandables :

  • vouloir toujours plus ;
  • se comparer et jalouser… parce que les autres ont plus que moi ! ;
  • amasser jusqu’à avoir trop parce qu’on craint de ne pas avoir assez.

Mais cela provoque aussi la recherche de la solution miracle, celle qui vous fera gagner beaucoup d’argent en trois minutes … et sans rien faire. Pour sortir du manque – ou de la sensation qu’on en a.
Et tant pis s’il faut pour cela s’accommoder avec l’éthique !

4 réponse possibles à la sensation de manque

Face à la tentation de l’avidité, 4 réactions sont possibles :

  1. Faire comme si vous-même n’êtes pas habité.e par l’avidité et le manque. Refermer la porte à triple tours…et laisser l’avidité faire son oeuvre en sous-marin, sournoisement et jusqu’à ce que l’avidité prenne le dessus…malgré vous !
  2. Laisser la sensation de manque prendre les commandes, chercher une stratégie qui satisfasse votre envie de toujours plus, partir à la course au fric
  3. Vous tenir à l’écart de l’argent pour ne pas « succomber à la tentation ». Parce que vous êtes inconsciemment conscient que la sensation de manque est à l’oeuvre, vous préférez vous tenir loin de l’argent – ne pas en avoir – pour ne jamais vous comporter en cette personne avide dont vous ne voudriez pas donner l’image
  4. Travailler encore et toujours sur sa sensation de manque, apprivoiser l’avidité, muscler sa conscience d’abondance. L’avidité n’est plus niée mais contrôlée !!

Pour cela, il existe plusieurs méthodes.
Mais l’une des plus puissantes s’appelle donner.

​Inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement​
"Les 7 clefs de votre indépendance financière"​

Pourquoi ?

Les trois dimensions du don

Parce que le don comporte en lui les trois dimensions de l’être humain !

  • Matériellement, vous donnez des €uros sonnants et trébuchants, qui vont améliorer la vie d’une personne qui en a besoin.
    J’ai récemment demandé à une salle de 1000 personnes pour laquelle je donnais une conférence sur l’argent – et le manque –  de donner « le plus gros billet de leur porte monnaie », charge à moi de transmettre la somme collectée à une association.
    Je suis repartie avec un sac plein de billets, 6 700 €uros collectés (la puissance du nombre !!) que j’ai très vite remis aux restos du coeur et que j’ai décidé de doubler, de même qu’un des organisateurs. Soit un peu plus de 20 000 €uros distribués. Plutôt top !!
  • Psychologiquement, donner oblige à lâcher la peur de manquer.
  • Spirituellement, c’est une manière de faire confiance

Quelle méthode avez-vous choisi pour juguler votre peur de manquer ?
Faire l’autruche ? éviter l’argent ? sauter à pieds joints sur la première « bonne » affaire venue ou apprivoiser le manque ?

Besoin d’un peu d’aide par rapport à la sensation de manque ?
Donnez en restant habité du sentiment d’être assez riche pour donner.

 

 

 

2Commentaires
  • avatar

    sandrine/ 04.04.2019Répondre

    Wouaww!!! pincement au coeur, gêne à la lecture de l’article. Je me rends compte de l’inconfort pour moi. Merci pour cet article édifiant Je me permettrai de’écrire les questions et d’y répondre avec mes ressentis. Merci.

  • avatar

    Stéphanie/ 22.04.2019Répondre

    Oui c’était à la NBS ou tu nous a demandé de donner notre plus gros billet.
    Un très beau geste.
    Personnellement, je donne toujours sans compter. Du temps, de l’argent.
    Et je consacre mon énergie sur ce qui est important pour moi.
    En revanche quand je donne et que l’on me fait des remarques inappropriées, je ne donne plus et j’avance.

Laisser un commentaire

close

​Inscrivez-vous à la newsletter et recevez gratuitement


"Les 7 clefs de votre indépendance financière"​