Atlantico – Singapour ou Berlin : Où peut-on encore faire fortune ?

Atlantico – Singapour ou Berlin : Où peut-on encore faire fortune ?

Singapour ou Berlin : où peut-on encore faire fortune ?

Le « rêve asiatique » transporte de nombreux Occidentaux.
Mais d’autres opportunités sont encore à pourvoir un peu partout dans le monde.

 

Atlantico : Selon un journal chinois, l’Asie est le continent qui réunit le plus de milliardaires. Ces derniers y sont deux fois plus nombreux qu’en Europe. De manière générale, où peut-on encore partir pour faire fortune ?

Nathalie Cariou : Si la Chine est certainement une vraie opportunité pour les Chinois, cela peut s’avérer plus compliqué pour les Occidentaux : mentalité différente dont il faut apprendre les codes, subtilités linguistiques difficiles à maîtriser … et surtout une quasi-impossibilité de repartir avec sa fortune, une fois que celle-ci est faite.

En effet, faire des affaires dans le pays suppose d’investir avec un partenaire local : la Chine n’est un pays de libre circulation des capitaux. Les Chinois se réservent un droit de regard sur les capitaux qui sortent de Chine et peuvent les empêcher de sortir du territoire. On ne peut pas arrêter une entreprise chinoise du jour au lendemain, et dire qu’on repart. Le principe est : « Vous venez d’accord, mais vous ne repartez pas aussi sec ».

On retrouve cette situation en Algérie, où on ne peut pas sortir de capitaux. Il est impossible de payer par carte bancaire dans une monnaie étrangère, et on ne peut pas acheter sur Internet.

Cependant, la Chine n’en reste pas moins un bon exemple des ingrédients que doit réunir un pays pour offrir un climat favorable à l’éclosion de nombreuses fortunes : élévation du niveau de vie global d’une population à la recherche des attributs du confort moderne (appartements plus grands, smartphones, etc.), de l’ouverture du pays à l’international permettant les entrées de capitaux , mais aussi du dynamisme et de la jeunesse d’une population désireuse d’avancer et prête à s’investir.

De tels pays existent ailleurs qu’en Asie. Et c’est dans les pays de la Corne d’Or (Moyen Orient et Asie de l’Ouest) que seront localisés les futurs milliardaires de demain. A moins que certaines personnes ne choisissent l’Asie du sud est, où le niveau de vie, bas, et les opportunités immobilières liées au tourisme permettent de se sentir rapidement millionnaire – alors qu’on appartiendrait tout juste aux classes moyennes de la vieille Europe.

Voir ici l’intégralité de l’article